intérieur


intérieur

intérieur, ieure [ ɛ̃terjɶr ] adj. et n. m.
• 1406; lat. interior
I Adj.
1Qui est au-dedans, dans l'espace compris entre les limites d'une chose, d'un être (opposé à extérieur). interne. Point intérieur à un cercle. Cour intérieure. Mer intérieure. Poche intérieure d'un vêtement. « Il se plaignait [...] d'une douleur intérieure » (Camus). Conduite intérieure.
Math. Bissectrice intérieure d'un triangle ABC, en A : bissectrice qui coupe le côté opposé BC.
2Qui concerne une collectivité, une société, un pays. Règlement intérieur. Commerce intérieur. Politique intérieure. Les affaires intérieures d'un pays.
3Qui concerne la vie psychologique, qui se passe dans l'esprit. intime, privé, psychique. Vie intérieure. For intérieur. Langage intérieur. endophasie. « Les Voix intérieures », poèmes de Hugo.
II N. m.
1(1580) Espace compris entre les limites d'une chose. dedans. L'intérieur d'une boîte, d'une boutique. L'intérieur du corps. entrailles. Cin. Scènes tournées en intérieur, en studio.
Loc. prép. À L'INTÉRIEUR DE. dans. À l'intérieur de la prison. Fig. À l'intérieur d'une communauté. Juger de l'intérieur.
2Absolt Voulez-vous m'attendre à l'intérieur ? « les murs, plus froids à l'intérieur qu'au dehors » (Bloy). L'intérieur est doublé de fourrure.
3(1779) Habitation considérée dans son aménagement intérieur. chez(-soi), foyer. Un intérieur confortable. « Intérieur bourgeois anglais avec des fauteuils anglais » (Ionesco). Architecte d'intérieur. Femme d'intérieur, qui se plaît à tenir sa maison. Veston d'intérieur, qui se porte chez soi. — Spécialt Tableau d'intérieur, et absolt intérieur : tableau de genre représentant l'intérieur d'une maison, une scène de vie familiale. Peintre de scènes d'intérieur. intimiste.
4Espace compris entre les frontières d'un pays; le pays lui-même. À l'intérieur et à l'extérieur. Lutter contre les ennemis de l'intérieur. Le ministère de l'Intérieur.
5Football 2. inter.
⊗ CONTR. International. — Dehors, 2. extérieur.

intérieur nom masculin Espace compris entre les limites de quelque chose ; la partie de dedans par opposition à ce qui est au-dehors : L'intérieur du coffret est en satin. Habitation de quelqu'un, considérée du point de vue de sa décoration, de son mobilier, de la vie quotidienne : Un intérieur confortable. Espace compris entre les frontières d'un pays ; le pays lui-même, ou sa partie centrale, par opposition aux frontières ou aux côtes : Lutter contre les ennemis de l'intérieur. Au football, joueur de la ligne d'attaque qui était placé entre l'ailier et l'avant-centre. (L'évolution du placement des joueurs sur le terrain, après 1960, a fait disparaître ce terme.) Ensemble des points intérieurs d'une partie d'un espace topologique. (L'intérieur d'une partie A est souvent noté Å. L'intérieur Å de A est le plus grand ouvert contenu dans A. D'ailleurs, A est ouverte si et seulement si A = Å.) ● intérieur (citations) nom masculin Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 Au premier coup d'œil jeté sur un intérieur, on sait qui y règne de l'amour ou du désespoir. La Cousine Bette intérieur (expressions) nom masculin À l'intérieur, dedans : Restez à l'intérieur. À l'intérieur de, au-dedans de, dans : À l'intérieur de lui-même, il n'en pensait pas moins. De l'intérieur, en faisant partie d'un groupe, d'une société, en participant à la chose même. D'intérieur, se dit de quelqu'un qui sait et aime tenir sa maison ou qui aime à rester dans son foyer ; se dit d'un vêtement que l'on ne porte que chez soi. Intérieur d'un cercle, d'une sphère, intérieur du disque, de la boule, dont il, ou elle, est la frontière. Intérieur d'une partie V d'un espace affine euclidien En, celle des deux composantes connexes de En − V, qui est relativement compacte, V étant homéomorphe à la sphère unité S n−1. Scène d'intérieur, tableau de genre représentant l'intérieur d'un édifice ou, plus spécialement, d'une habitation, généralement animé de personnages ; scène d'un film tournée en studio. ● intérieur (synonymes) nom masculin Espace compris entre les limites de quelque chose ; la partie de...
Synonymes :
Contraires :
- dos
- extérieur
Habitation de quelqu'un, considérée du point de vue de sa...
Synonymes :
Au football, joueur de la ligne d'attaque qui était placé...
Synonymes :
intérieur, intérieure adjectif (latin interior, -oris) Qui est au-dedans, dans l'espace compris entre les limites de quelque chose : Escalier intérieur. Qui concerne un pays, un territoire : Commerce intérieur. Qui se fait au sein d'une collectivité, qui est relatif aux rapports de ses divers membres entre eux : Les problèmes intérieurs d'un parti, d'un État. Qui concerne la vie psychologique de l'individu : Notre vie intérieure.intérieur, intérieure (expressions) adjectif (latin interior, -oris) Angle intérieur d'un polygone, angle de deux demi-droites affines, ayant pour origine un même sommet du polygone. Bissectrice intérieure d'un triangle, chacune des bissectrices des demi-droites affines [AiAj) et [AiAk), pour i j, ik et i, j, k = 1, 2, 3. Automorphisme intérieur d'un groupe G, automorphisme de G qui, a étant un élément fixé de G, associe à x, axa−1. Mer intérieure, vaste étendue d'eau complètement enfermée dans les terres, comme la mer Caspienne ; nom donné par les Anciens à la Méditerranée. Point intérieur d'une partie A d'un espace topologique, point dont un des voisinages est inclus dans A. ● intérieur, intérieure (synonymes) adjectif (latin interior, -oris) Qui est au-dedans, dans l'espace compris entre les limites de...
Synonymes :
Contraires :
- extérieur
Qui concerne un pays, un territoire
Contraires :
- extérieur
Qui concerne la vie psychologique de l'individu
Synonymes :
Contraires :
- matériel

intérieur, eure
adj. et n. m.
rI./r adj.
d1./d Qui est situé au-dedans, entre les limites de qqch. Mur intérieur. La politique intérieure d'un état.
d2./d Fig. Qui est du domaine de l'esprit, des sentiments. Vie intérieure.
rII./r n. m.
d1./d Le dedans. L'intérieur d'une voiture.
d2./d Logement, foyer. Un intérieur accueillant. Femme d'intérieur, qui a du goût et de l'aptitude pour les travaux ménagers.
d3./d Ensemble des affaires intérieures d'un état. Ministère de l'Intérieur.
d4./d (Afr. subsah.) Ensemble d'un pays (par oppos. à la capitale ou à la zone côtière).Syn. arrière-pays, brousse (sens 4).
d5./d Loc. adv. à l'intérieur: au-dedans.
|| Loc. Prép. à l'intérieur de: au-dedans de.

⇒INTÉRIEUR, -EURE, adj. et subst. masc.
I. — Adjectif
A. — Qui est au dedans, dans l'espace compris entre les limites d'un corps.
1. [En parlant d'une chose]
a) Qui se trouve dans l'espace délimité par une chose. Bassin, espace, milieu intérieur; structure intérieure. Les chaudières dont le foyer est intérieur (SER, Phys. industr., 1890, p. 36) :
1. Le curé de Fenouille porta vivement la main à la poche intérieure de sa soutane, puis la reposa gauchement sur la table.
BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1467.
Être intérieur à. Être inclus dans. Les traits dont la distance au centre [d'une circonférence] est moindre que le rayon (...) sont intérieurs à la circonférence (HADAMARD, Géom. plane, 1898, p. 49).
En partic.
[L'espace est délimité par un édifice] Escalier, jardin, téléphone intérieur; cour, porte intérieure; aménagements intérieurs. L'entrée intérieure de la porte nord (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 55) :
2. Au-dessus de sa porte géante, flanquée de sphinx, flamboyaient trois étages de fenêtres carrées trahissant au dehors l'éclairage intérieur et découpant sur la paroi sombre une sorte de damier lumineux.
GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 227.
[L'espace est délimité par une région géogr.]
[En parlant de la région centrale d'un pays, qui n'est voisine ni d'une mer, ni d'une frontière] Les régions intérieures sans communications faciles avec la mer (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 229).
Mer intérieure. Mer entourée par les terres et ne communiquant avec aucun océan. Partout des déserts autour de cette mer intérieure, elle-même solitude vaste et profonde (CHATEAUBR., Natchez, 1826, p. 427).
POÉT. Rime intérieure. Rime située à l'intérieur d'un vers, généralement à l'hémistiche. D'agréables rimes intérieures qui rappellent, avec beaucoup plus d'art, les jeux des poètes latins du XIIIe siècle (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 246).
b) Qui se trouve vers le dedans, sur la face qui regarde le dedans. Mur intérieur; voûte intérieure. Lire le revers intérieur de la feuille (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 30) :
3. Mes paupières, abaissées, ne laissaient passer qu'une seule lumière, toute rose, celle des parois intérieures des yeux.
PROUST, Sodome, 1922, p. 779.
2. [En parlant d'une pers. ou d'un animal] Qui se trouve dans l'espace délimité par une personne, un animal. Mais il craignait des lésions intérieures, car de minces filets de sang apparaissaient aux lèvres (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 232).
B. — P. ext. Qui concerne le dedans, qui a lieu au dedans.
1. [L'espace est délimité par un être animé ou par une chose] Effraction intérieure. Cette puissance intérieure et singulière qui donne aux animaux qui la possèdent, la faculté d'agir (LAMARCK, Philos. zool., t. 2, 1809, p. 301). Le travail intérieur de construction est mystérieusement ordonné (VALÉRY, Variété V, 1944, p. 34).
Conduite intérieure.
2. En partic.
a) [L'espace est délimité par une collectivité (famille, société)] Le règlement intérieur de sa maison (GONCOURT, Journal, 1890, p. 1135). Ce drame intérieur d'une famille alsacienne (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 214) :
4. Les femmes au contraire, semblent spécialement occupées de la préparation des alimens, et des soins intérieurs du ménage...
Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 46.
b) [L'espace est délimité par les frontières d'un pays, par opposition à l'extérieur, à l'étranger] Conflit intérieur; administration, économie, navigation, paix, police, résistance, révolte, révolution, richesse, politique intérieure; affaires intérieures. Cette immense navigation intérieure, qui suffirait seule à la prospérité des États-Unis (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 344). Les luttes intérieures de nombreux pays (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 522) :
5. L'occupation du littoral palestinien par les Francs apportait dans le commerce intérieur du monde musulman une énorme perturbation.
GROUSSET, Croisades, 1939, p. 68.
C. — Au fig. Qui est invisible, intime, profond.
1. Qui se trouve dans l'esprit d'une personne, qui concerne sa personnalité, sa vie psychique et morale. Chant, paysage intérieur; vie intérieure. Des bâillements intérieurs (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 284). Toute jubilante d'un rire intérieur d'une atroce ingénuité (BERNANOS, Imposture, 1927, p. 488) :
6. Bordeaux (et je désigne sous ce nom toute la matière de mon œuvre) finit toujours par absorber ce que me fournit la réalité quotidienne; toute œuvre due à une suggestion du présent avorte, si elle n'éveille une correspondance dans mon Bordeaux intérieur.
MAURIAC, Du côté Proust, 1947, p. 65.
SYNT. Combat, conflit, débat, démon, dialogue, équilibre, état, feu, monde, regard, rêve, sentiment, silence, temps, univers intérieur; action, agitation, angoisse, beauté, certitude, colère, émotion, existence, flamme, force, grâce, harmonie, joie, jubilation, liberté, loi, misère, nécessité, parole, révolte, richesse, satisfaction, tempête intérieure.
For intérieur.
Être, homme intérieur
Être, homme considéré du point de vue de sa vie psychologique, spirituelle. Cet être intérieur de la belle pêcheuse semblait m'être clos encore (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 716). Un lien entre mon être intérieur et mon être visible (J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1935-36, p. 201) :
7. Le premier, l'homme extérieur, est un hérisson, une citadelle, un mur anguleux et froid; l'autre, l'homme intérieur, est un être sensible, affectueux, cordial, aimant.
AMIEL, Journal, 1866, p. 225.
Être, homme qui vit intérieurement, replié sur sa vie intérieure, qui ne s'extériorise pas :
8. Qui ne mesure l'intellect et la volonté de Léonard ou de Rembrandt après un examen de leurs dessins? Qui ne voit que l'un est à placer parmi les plus grands philosophes; l'autre, parmi les moralistes et mystiques les plus intérieurs?
VALÉRY, Degas, 1936, p. 101.
Être intérieur. Être recueilli, replié sur soi-même. Je suis beaucoup plus intérieur depuis que mon action est extérieure (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1834, p. 179).
2. Qui se trouve mêlé intimement à quelque chose, qui appartient à son essence, intrinsèque. Synon. interne. Sens intérieur; contradiction, logique intérieure. Dans le rythme intérieur de la création hugolienne (THIBAUDET, Réfl. litt., 1936, p. 67). Ils [les rythmes psychiques élémentaires] répondent à une loi intérieure de périodicité (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 281).
II. — Subst. masc.
A. — Partie de l'espace qui est dans quelque chose ou dans quelqu'un.
1. [L'espace est circonscrit à une chose] L'intérieur de la boîte, de la bouche, de l'enceinte, de l'estomac; entrer, s'enfoncer à/dans l'intérieur. Les chambres sonores, comme des intérieurs de violon (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 24). Dans la terre, dans l'intérieur de votre ventre (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 277) :
9. Le vieillard se découvrit promptement et se leva pour saluer le jeune homme; le cuir qui garnissait l'intérieur de son chapeau étant sans doute fort gras, sa perruque y resta collée sans qu'il s'en aperçût...
BALZAC, Chabert, 1832, p. 32.
Rare. Le dedans d'une personne. Tout mon intérieur est desséché comme si on m'avait enfoncé dans la gorge, jusqu'à la garde, l'épée de feu de l'ange nocturne (MONTHERL., Reine morte, 1942, II, 2e tabl., 5, p. 201).
2. En partic.
a) Vx. Partie qui se trouve dans une diligence entre le coupé et la rotonde :
10. Cette voiture, de construction bizarre (...) admettait dix-sept voyageurs (...). Elle était divisée en deux lobes, dont le premier, nommé intérieur contenait six voyageurs (...) et le second, espèce de cabriolet ménagé sur le devant, s'appelait un coupé.
BALZAC, Début vie, 1842, p. 309.
b) Espace qui se trouve entre les murs d'une maison, d'un édifice. L'intérieur d'une église, d'une boutique, d'un château, d'un cloître, d'un couvent, d'une maison, d'un palais, d'un temple. Un intérieur d'alchimiste (BAUDEL., Salon, 1845, p. 49) :
11. Sur les boulevards, à l'intérieur des cafés, les papillons de gaz des girandoles s'envolaient très vite, un à un, dans l'obscurité.
VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 215.
Absol. Anton. l'extérieur. Sous le porche, Joë s'efface pour laisser les deux jeunes filles pénétrer à l'intérieur (MARTIN DU G., Taciturne, 1932, II, 14, p. 1313).
Logement, foyer, vie domestique. Intérieur capitonné, enfumé, modeste, paisible, quiet, sévère, tranquille; petit intérieur. J'ai entendu bien des femmes se confier les chagrins de leur intérieur; mais ces variations de vouloir, ces inquiétudes des hommes mécontents (...) toutes ces douleurs la jeunesse ne les connaît point (BALZAC, Mém. jeunes mar., 1842, p. 362). Il n'était pas plus heureux dans son intérieur domestique (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 196).
D'intérieur, loc. adj.
Veste, robe, tenue d'intérieur. Veste, robe, tenue que l'on porte chez soi. Une charmante toilette d'intérieur (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 189). Une sorte de coiffe d'intérieur en dentelle noire (GIDE, Si le grain, 1924, p. 365).
Femme d'intérieur. Femme qui aime bien tenir sa maison. Femmes d'intérieur et de ménage (GONCOURT, Journal, 1863, p. 1208) :
12. BOCARDON [parlant de sa femme] : Ce n'est pas pour la vanter (...) mais je crois que Ninette vous plaira (...) elle est tout à fait dans votre genre (...) c'est une femme d'intérieur (...). (Confidentiellement.) Elle raccommode!
LABICHE, Célimare, 1863, III, 6, p. 109.
P. iron. Homme d'intérieur. Homme qui reste au foyer, qui se plaît chez lui. Tant que je cours le risque de tomber sur le type qui nous a chopés en train de rafler le magasin du 4e de ligne, je fais l'homme d'intérieur (GIONO, Bonh. fou, 1957, p. 144).
3. Spécialement
a) ARTS, subst. masc. gén. au plur. Scène de genre intimiste, empruntée souvent à la vie familiale, dont le cadre est l'intérieur d'une maison; tableau, photographie représentant cette scène. Les beaux intérieurs flamands et les tableaux des maîtres italiens (...) couvraient les murs (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 313) :
13. Peu portraitiste, ou trop nonchalant pour s'en donner la peine, il remplace habituellement dans ses intérieurs, les modèles vêtus par de fraîches nudités...
GILLET, Art fr., 1938, p. 137.
b) CIN., subst. masc. gén. au plur.
Ensemble de décors et d'accessoires qui figurent des intérieurs. Les magasins de décors des studios contenaient tout un stock d'intérieurs les plus variés et les plus hétéroclites (MALLET-STEVENS, A.C., VII, 1929, p. 3 ds GIRAUD 1956).
Ensemble des scènes d'un film qui se passent en intérieur. Les extérieurs seront tournés en France et en Grèce, et les intérieurs à Londres (Cahiers du cin., t. 3, n° 15, sept. 1952, p. 5).
c) GÉOGRAPHIE
Partie centrale d'un pays, par opposition aux régions proches des frontières ou des côtes. La multiplication des chevaux qui se sont répandus dans l'intérieur des déserts immenses de l'Amérique (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 67).
Le pays, l'État, par opposition à l'extérieur, à l'étranger. L'intérieur de la république est menacé d'une crise (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 721). À l'intérieur aussi l'Empire napoléonien chancelait (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 133).
Région. (Alsace). La métropole. Les Français de l'intérieur. Mais tous les enfants ayant eu un enseignement équilibré, les familles francophones (par exemple venant de l'Intérieur) continueraient évidemment à parler français (Lang. fr., n° 25, févr. 1975, p. 119).
Ministre, ministère de l'intérieur. Ministre, ministère qui a la charge de l'administration intérieure du pays. La dépêche part du ministère de l'intérieur (GIDE, Journal, 1944, p. 263).
P. ell. Grosse bataille autour du portefeuille de l'Intérieur, qu'Edgar Faure avait promis à la fois aux « indépendants » et à Martinaud-Déplat (rad.) (L'Humanité, 19 janv. 1952, p. 4, col. 4).
d) HIST. [Deuxième guerre mondiale] Forces françaises de l'intérieur. Ensemble des unités, appartenant à des organisations très diverses, qui menaient la lutte contre les Allemands sur le territoire métropolitain (abrév. F.F.I., v. aussi ce mot). « Forces françaises de l'intérieur » englobant obligatoirement toutes les troupes clandestines (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 256).
e) SPORTS. (football), vieilli. Joueur placé dans la ligne d'attaque entre l'ailier et le centre (abrév. inter, v. inter1). Devant de tels défenseurs on eût imaginé que Szoke, qui sera l'attraction du match, aurait évolué au poste d'intérieur (Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 2, col. 5).
4. P. ext.
a) [L'espace est formé par un lieu clos et secret] Tel est l'intérieur de cette famille (JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p. 199). Ce qu'on n'a jamais vu, l'intérieur d'un conclave (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 519).
b) [L'espace est formé par un ensemble abstr.] À l'intérieur des traditions (G. BATAILLE, Exp. int., 1943, p. 28).
B. — Au fig.
1. La personnalité profonde et cachée de quelqu'un, sa vie spirituelle, morale. Le poète aperçoit l'intérieur de ces âmes humaines (BOURGET, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 104) :
14. Elle [une dame anglaise] marchait droit sur moi, avançant avec peine (...). Elle souffrait. Son œil regardait à l'intérieur. La déchéance était le spectacle qui le rendait si attentif et si triste.
COCTEAU, Crit. indir., 1932, p. 91.
2. La vérité cachée d'une chose, son essence. On sait très-peu et l'on s'inquiète peu aussi de Carthage et de son intérieur (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 4, 1862, p. 43) :
15. Essaie-t-on de connaître les choses non pas en se mouvant dans leur intérieur (...) mais en se supposant d'abord placé en dehors des choses et en cherchant à y pénétrer?
HAMELIN, Élém. princ. représ., 1907, p. 394.
C. — Loc. prép. et adv.
À l'intérieur de. À l'intérieur de la musique de douze sons (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 138).
Absol. À l'intérieur. Je voyais aussi (...) monter la garde, (...) au ras du mur, à l'intérieur bien entendu (et pourquoi à l'intérieur?), un chasseur-éclaireur (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, Mes pris., 1893, p. 385).
Au fig. En soi-même. Il se répétait à l'intérieur : — Pauvre Césarine! (RICHEPIN, Césarine, 1888, p. 121).
De l'intérieur de. Une force est un rapport posé entre deux termes; elle n'émane pas de l'intérieur de l'un d'eux, elle est entre eux (HAMELIN, Élém. princ. représ., 1907p. 550).
Absol. De l'intérieur. Diane était de ces beautés qui ont besoin d'être éclairées de l'intérieur (MORAND, Rococo, 1933, p. 178).
Prononc. et Orth. : [], [--]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. ca 1447 [ms.] « qui est au-dedans de l'âme » (L'Internelle consolation, éd. A. Pereire, p. 292 : interiore & divine consolacion); 2. 1530 « qui est au-dedans de l'espace compris entre les limites d'une chose » (LEFÈVRE D'ÉTAPLES, trad. de la Bible ds KUNZE, p. 93 : interiores parties de la maison); 3. av. 1662 « qui concerne la vie psychique, qui se passe dans l'esprit » (PASCAL, Pensées, 381 ds Œuvres compl., éd. L. Lafuma, 1963, p. 546 : disposition intérieure); 4. 1812 « qui concerne un pays, son territoire » (MOZIN-BIBER : commerce intérieur). B. Subst. 1. av. 1549 fig. « vie intérieure (d'une personne) » (MARGUERITE DE NAVARRE, Les Innocents, 1 ds Comédies, éd. F.E. Schneegans, p. 96); 2. 1580 « espace compris entre les limites d'une chose » (PALISSY, Discours admirable ds Œuvres compl., éd. A. France, p. 369 : à l'intérieur de toutes les parties closes et fermées au-dedans des pièces d'ouvrages); 3. 1779 « habitation dans laquelle vit une personne » (Mme DE GENLIS, Théât. d'éduc., III, 6 ds LITTRÉ); 4. 1797 « espace compris entre les frontières d'un pays  » (Voy. La Pérouse, loc. cit.); 5. 1829 tableau d'intérieur (BOISTE); 1835 intérieur « id. » (Ac.); 6. [av. 1924 sports (cf. inter1)] 1927 intérieur (Le Miroir des sports, XVII, 403 c ds R. Ling. rom. t. 40, 1976, p. 232). Empr. au lat. class. interior « qui est au-dedans », au propre et au fig. On trouve au XIVe s. enteriors (d'un oisel) « cœur et foie (d'un oiseau) » (Moamin et Ghatrif, éd. H. Tjerneld, p. 293), empr. au lat. interiora « intestins ». Fréq. abs. littér. : 14 159. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 20 102, b) 16 932; XXe s. : a) 15 514, b) 24 662. Bbg. BÄCKER 1975, pp. 261-264. - QUEM. DDL t. 6 (et s.v. intérieurs), 14.

intérieur, eure [ɛ̃teʀjœʀ] adj. et n. m.
ÉTYM. V. 1447, « qui est dans l'âme »; sens physique, 1530, interior; 1406, au sens abstrait; lat. interior, anc. comparatif.
———
I Adj.
1 Qui est au-dedans, dans l'espace compris entre les limites d'une chose, d'un être (opposé à extérieur). Interne; dans, dedans. || Volume intérieur, capacité intérieure d'un contenant, d'un récipient, d'un corps (→ 1. Farce, cit.). || Soit un cercle de centre O et un point P intérieur à ce cercle. || Angles intérieurs d'un polygone. || Bissectrice intérieure d'un angle.Cour, terrasse intérieure (→ Cabanon, cit. 2; courtine, cit. 3; fumerie, cit. 3). || Paroi, face intérieure, tournée vers l'intérieur, le dedans. || Côté intérieur. || Poche intérieure d'un vêtement (→ Exploration, cit. 5; fouiller, cit. 28). || Parties intérieures du corps. || Milieu intérieur et milieu extérieur d'un être vivant (→ Échange, cit. 15; 2. greffe, cit. 2). || Sentir une douleur, une chaleur intérieure; un feu intérieur.Les parties, les régions intérieures, centrales d'un pays. || Mer intérieure.
1 La température était à trente-neuf cinq (…) Il se plaignait maintenant d'une douleur intérieure.
Camus, la Peste, p. 31.
1.1 De là, on pouvait embrasser, sur un vaste périmètre, l'aspect de cette mer intérieure qui porte aussi le nom de mer Morte et dans laquelle se jette aussi un Jourdain d'Amérique.
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 238.
Par ext. Qui concerne l'intérieur, qui a lieu à l'intérieur (de quelque chose). || Effraction (cit. 2) intérieure. || Aménagements intérieurs. || Balistique (cit. 2) intérieure. || Vie intérieure d'une famille (→ Envelopper, cit. 25).
Loc. Conduite intérieure.
2 (1812). Qui concerne un pays, son territoire. || Organisation, politique intérieure (→ Fédéralisme, cit. 2; fulminer, cit. 2). || Service de politique intérieure d'un journal. → 2. Politique, cit. 19.1. || Commerce intérieur (→ Exportation, cit. 3). || Navigation intérieure. || Douanes intérieures (→ Expédition, cit. 14; fleuve, cit. 7). || S'immiscer dans les affaires intérieures d'un pays. || Guerre, lutte intérieure. Civil, intestin (adj.); → Agiter, cit. 11. || Un besoin de paix (cit. 36) intérieure.
3 (Mil. XVIIe). Qui concerne la vie psychologique; qui se passe dans l'âme, dans l'esprit (opposé à sensible, physique). Intime, privé, psychique. || Vie intérieure (→ Affoler, cit. 4; ascèse, cit. 1; coutre, cit. 3; enfant, cit. 39; heureux, cit. 42; impudeur, cit. 3). || Le gouvernement (cit. 6) intérieur, de soi-même.Le for intérieur. For (cit. 1 à 4).Sentiment intérieur (→ Engagement, cit. 2; étourdir, cit. 19; faiblesse, cit. 15; humilité, cit. 14; immédiat, cit. 1). || Temps intérieur, psychologique, vécu (→ Faiseur, cit. 16). || Connaissance, révélation intérieure (→ Immanence, cit. 2; immédiatement, cit. 1). || Exaltation (cit. 12), flamme (cit. 14), activité intérieure. || Bouillonnement, feu (1. Feu, cit. 69), frémissement (cit. 14), souffle intérieur (→ Éclater, cit. 29). || Équilibre intérieur (→ Homogène, cit. 5). || L'enthousiasme (cit. 10), dieu intérieur. || Mouvement, rythme intérieur (→ Envelopper, cit. 30; frémissement, cit. 7). || Voix, vision intérieure (→ Entrouvrir, cit. 5; improvisation, cit. 7).Qualités, défauts, mérites intérieurs, qui ne se remarquent pas. Secret (→ Augmenter, cit. 20). || Détachement, respect, abaissement intérieur (→ Autorité, cit. 48; délier, cit. 6; humilité, cit. 8).
2 Notre vie secrète n'est pas nécessairement une vie profonde. Le repliement sur nous-mêmes, qui devait multiplier les jouissances comme les richesses de la vie intérieure, ne conduira qu'à une culture du moi, tout artificielle et toute stérile, si elle est détournée des principes de communion, des valeurs d'universalité, auxquels est suspendu le développement de la vie spirituelle. Entre les idées voisines de vie intérieure et de vie spirituelle, dont les termes sont souvent pris l'un pour l'autre, il y a donc une distinction à faire, et qui peut aller jusqu'à l'opposition.
L. Brunschvicg, Vie intérieure et vie spirituelle.
3 La Porcia de Shakespeare parle quelque part de cette « musique que tout homme a en soi ». — Malheur, dit-elle, à qui ne l'entend pas ! — Cette musique, la nature aussi l'a en elle… (Ce livre) est l'écho (…) de ce chant qui répond en nous au chant que nous entendons hors de nous (…) Victor Hugo, il y a un peu plus de cent années, justifiait ainsi le titre des Voix intérieures.
Aragon, les Yeux d'Elsa, p. XXXI.
Monologue intérieur. Monologue, 4. || Le monologue intérieur de Molly Bloom dans l'« Ulysse » de Joyce.
Par ext. || L'homme (cit. 46) intérieur (→ Histoire, cit. 11).Vx. Qui ne se préoccupe que de sa vie intérieure, spirituelle, mystique.
(Avec un adv. de comparaison). || Des crimes (cit. 9) plus ou moins intérieurs (Valéry). || Une religion très intérieure (Thibaudet, in Grevisse).REM. On rencontre aussi cet emploi dans le sens concret (I., 1.); → ci-dessous, cit. 4.
4 La première salle où est le comptoir est presque déserte. Mais il y a une salle plus intérieure, où une dizaine de personnes (…) causent (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XII, p. 168.
5 (…) le poète saisit quelque chose qui n'a plus rien de commun avec la parole, certains rythmes de vie et de respiration qui sont plus intérieurs à l'homme que ses sentiments les plus intérieurs.
J. Paulhan, les Fleurs de Tarbes, p. 67.
———
II N. m. (Av. 1550, au sens 4).
1 (1580). Espace compris entre les limites d'une chose. Dedans, n. m. || L'intérieur d'une boîte, d'un meuble, d'une valise, d'un tiroir. || L'intérieur d'un violon (→ Âme, cit. 83), d'un fourneau (cit. 9) de pipe. || Tenir à l'intérieur de quelque chose. Contenir; contenu. || Mettre, enfermer qqch., qqn à l'intérieur de qqch. Inclure, rentrer.L'intérieur d'une salle (→ Flambeau, cit. 1), d'une boutique, d'une église, d'un édifice (→ Ermite, cit. 1; galerie, cit. 12; 2. gentil, cit. 6; gothique, cit. 11; groom, cit. 3; huis, cit. 5). || L'intérieur d'un navire, d'une gondole (cit. 2). → Écoutille, cit. 1. — L'intérieur du corps (→ Incrustation, cit. 2).L'intérieur de la terre. Entrailles (B., 1.); → Fouiller, cit. 23.
6 Sur la cheminée, dans une coupe, des fruits de cristal s'éclairaient de l'intérieur par des ampoules électriques (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 187.
Fam. ou régional. || Les intérieurs : l'intérieur du corps.
Au singulier (rare) :
6.1 Et nous, qui n'avions ni lésions, ni blessures, qui n'avions eu que la grippe espagnole, que pouvions-nous rétorquer à l'homme qui avait, lui, des éclats d'obus qui se baladaient dans son intérieur, et qui en connaissait le nombre exact (…)
Henri Calet, la Belle Lurette, p. 144.
Techn. || Les intérieurs d'un cigare, opposés à la cape.
2 Absolt (en parlant d'une salle, d'un bâtiment). || L'intérieur. — ☑ Loc. (1897). À l'intérieur. || Voulez-vous m'attendre à l'intérieur ? Dedans.
7 Le feu le plus ardent ne parvenait pas à sécher les murs, plus froids à l'intérieur qu'au dehors, comme dans les cachots ou les sépulcres (…)
Léon Bloy, la Femme pauvre, II, X.
(1779). || Un intérieur, l'intérieur (de qqn) : l'intérieur de sa maison, son logis ( Chez-soi), et, par ext., son ménage. Domestique (vx), foyer. || Un intérieur soigné, confortable (cit. 1), net, propre, modeste (→ Encombrer, cit. 8; femme, cit. 81). || Un joli intérieur. || Rester dans son intérieur (→ Dans sa coquille).
8 (…) une maison commode et saine, un intérieur bien ordonné, de la propreté (…)
É. de Senancour, Oberman, XXXV, 2.
9 Chacun, n'ayant pas encore eu le temps de se créer un intérieur, vivait dans la rue, sur les promenades, dans les salons publics.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. IV, p. 116.
10 Vous voyez un intérieur allemand, plancher de sapin bien frotté au grès, murailles blanches, fenêtres encadrées de houblon (…)
Th. Gautier, Souvenirs de théâtre…, p. 44.
11 Dans l'appartement de sa maîtresse, il a pour règle de ne rien laisser qui soit à lui. Rien surtout de ce qui touche à la commodité pratique. Il lui répugnerait d'y retrouver, selon l'usage, un pyjama et des pantoufles. Est-ce par un sentiment de vulgaire prudence ? Il ne le croit pas. Il s'est toujours méfié, peut-être avec un certain préjugé doctrinaire, du sentiment d'« intérieur », de la notion même d'« intérieur », qui lui semble essentiellement bourgeoise. Il attribue au charme maléfique des intérieurs douillets et calfeutrés cette espèce de dégénérescence, d'engraissement, d'ensommeillement, qu'il a déplorés tant de fois chez des hommes plus âgés que lui. C'est à dessein qu'il a gardé, malgré son goût de l'ordre matériel, l'arrangement d'existence d'un vieil étudiant.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XIV, p. 150.
D'intérieur. || Une femme d'intérieur, qui se plaît, excelle à tenir sa maison. || Vêtement, veston d'intérieur (→ Flanelle, cit. 1).
11.1 Il ne l'épousera pas. C'est une femme d'intérieur qu'il lui faut, il ne s'en rend pas compte lui-même.
N. Sarraute, Tropismes, p. 64.
(1829, tableau d'intérieur; 1835, un intérieur). Spécialt. || Tableau, photographie d'intérieur, et absolt, Intérieur : tableau de genre représentant l'intérieur d'une maison, d'un édifice, ou une scène de vie familiale. || Intérieurs de peintres hollandais du XVIIe siècle.
(1929). Spécialt (cin.). || En intérieur (par oppos, à en extérieur), à l'intérieur du studio. || Séquences tournées en intérieur.
11.2 Swamp Water (de J. Renoir) peut se flatter d'avoir, à long terme, révolutionné Hollywood. Pour la première fois un grand studio accepta l'idée, après tout fort raisonnable, de ne pas tourner les extérieurs en intérieurs.
J.-L. Godard, Jean-Luc Godard, in Coll. des cahiers du cinéma, p. 97.
3 (1797; 1812, ministère de l'Intérieur). En parlant d'un pays, d'une région. || L'intérieur du pays, des terres : la partie la plus éloignée des limites, des frontières. Hinterland. || À l'intérieur de la ville. Intra-muros.Absolt (admin., polit., comm.). Le pays (dont il est question, du locuteur) par oppos. à l'Étranger. || À l'intérieur et à l'extérieur. || Lutter contre les ennemis de l'intérieur. || Ce produit est entièrement consommé à l'intérieur.Le ministère de l'Intérieur s'occupe de l'Administration, de la police de l'État, par oppos. au ministère des Affaires étrangères et aux ministères spécialisés. Absolt. || Travailler à l'Intérieur. || On lui a confié l'Intérieur.
12 Louis XVIII me nomma ministre de l'Intérieur par intérim. Ma correspondance avec les départements ne me donnait pas grand'besogne; je mettais facilement à jour ma correspondance avec les préfets, sous-préfets, maires et adjoints de nos bonnes villes, du côté intérieur de nos frontières (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. III, p. 356.
13 La conquête dirigée vers l'intérieur du pays s'appelle propagande (…) ou répression. Dirigée vers l'extérieur, elle crée l'armée.
Camus, l'Homme révolté, p. 226.
4 (Av. 1550, Marguerite de Navarre). Vieilli ou relig. La vie intérieure, la « partie intime de l'âme » (Littré). → Approfondir, cit. 8, La Bruyère. || L'intérieur des animaux, leur vie psychique (→ Arranger, cit. 8, Buffon).|| « L'affectation (cit. 3) d'un grave intérieur » (Molière).
14 (…) il n'y a point d'intérieur humain, si pur qu'il puisse être, qui ne recèle quelque vice odieux.
Rousseau, les Confessions, X.
5 (1784). Fig. || L'intérieur d'un groupe, d'une communauté (→ Fusionner, cit. 1; gouvernant, cit. 11; hindouiste, cit.). || À l'intérieur de sa condition, de son état (cit. 79). || Étudier, comprendre quelque chose par l'intérieur (→ Fibre, cit. 4), de l'intérieur.
15 (…) si Marx a émis sur le système patriarcal, féodal, capitaliste (…) des vues profondes, c'est parce qu'il a commencé par se mettre à l'intérieur de ces réalités, par les vivre (…)
Julien Benda, la Trahison des clercs, p. 41.
6 Sports (football). (1927, probablt antérieur; → 2. Inter). a Joueur placé à l'intérieur du terrain entre les ailiers et l'avant-centre.On dit plus couramment inter ( 2. Inter).
b Coup de pied donné de l'intérieur du pied.
CONTR. (Du sens I) Extérieur. — Bord, confin, contour, côté, dehors, entrée, frontière; façade.
DÉR. 2. Inter, intérieurement, intériorisé, intériorité.

Encyclopédie Universelle. 2012.